• Inconnu à cette adresse | Kressmann Taylor


    Edition : GF-Flammarion
    Parution : 2012
    Nombre de pages : 127
    Prix : 3,50



    Quatrième de couverture : 

    Un longue et solide complicité unit Max et Martin, deux associés marchands d'art. En 1932, Martin retourne vivre en Allemagne, tandis que Max, juif américain, demeure en Californie. "Je crois que Hitler est bon pour le pays, mais je n'en suis pas sûr", lui confie bientôt Martin. Un sombre pressentiment envahit Max à mesure que son compagnon espace leur correspondance. L'Histoire aura-t-elle raison de leur amitié?

    9,5 / 10

    Depuis le temps que je voulais lire ce roman, je me suis enfin lancée grâce au challenge Cluedo Littéraire, organisé sur Livraddict.

    D'une manière générale, j'ai beaucoup apprécié ce livre, qui constitue un roman épistolaire (échange de lettres) entre deux amis : Max Eisenstein (un jeune juif)  et Martin Schulse. L'histoire se déroule à un moment crucial de l'Histoire avec un grand H : la montée du nazisme et l'arrivée au pouvoir de Hitler, avec tout les événements que cela entrainera, ainsi que la montée de l'antisémitisme.

    Max et Martin dirigeaient une galerie d'arts en Californie, mais Martin a décidé de rentrer en Allemagne, leur pays natal, car sa famille manquait à se femme Elsa. Ils vont alors correspondre, d'abord de manière très rapprochée et quasi instantanée, puis, les lettres se feront de plus en plus espacées et courtes.
    Martin se verra offrir une place privilégiée dans ce nouveau gouvernement, ce qui va l'éloigner de son ami Max, de parle fait qu'il soit juif....

    Mais cette histoire c'est également celle d'une vengeance, d'une amitié brisée par le nazisme, la soeur de Max, Griselle, ayant essayé de trouver refuge chez Martin, mais s'y étant fait tuer par les S.A. Commence alors une vengeance de la part de Max qui se soldera par la mention "inconnu à cette adresse" et ferme donc le cercle de cette histoire.

    Le roman en lui-même étant très court (46 pages), il est difficile d'en faire une chronique étoffée, d'autant plus qu'il n'y a pas de réelle action, mais plutôt une succession d'événements qui dépendant de la montée d'Hitler au pouvoir, et du nazisme que celle-ci a entraînée.


     Un beau roman, qui se lit très rapidement, non seulement par sa taille, mais également par la fluidité d'écriture. Ce n'est pas un roman des plus passionnant, mais il est extrêmement prenant et intéressant de par l'Histoire (avec un grand H).
    Je souhaitais le lire depuis très longtemps, c'est maintenant chose faite et je ne le regrette en aucun cas ; je pense que c'est un livre à lire au moins une fois dans sa vie.



    Lu dans le cadre du Challenge 2014 - consigne n°1 : drame


    4 commentaires
  • La prime | Janet Evanovich


    Edition : Pocket
    Parution : 2012
    Nombre de pages : 330
    Prix :
    6,10€


    Quatrième de couverture : 

    Plus de boulot, plus de voiture et un compte en banque dans le rouge cramoisi. Stéphanie Plum troque sa TV contre une vieille carlingue déglinguée pour se rendre chez son cousin Vinnie. A la clé : un job de classement minable et sous-payé.
    Quand elle ressort du bureau, elle est chasseuse de prime. Enfin, à l'essai. Et sa première proie n'est autre que Joe Morelli, accusé de meurtre. Un cachet de 10 000 dollars pour elle si elle lui met la main dessus. Joe Morelli, le type qui, à intervalles réguliers, débarque dans sa vie pour la lui bousiller. La dernière fois qu'elle a croisé sa route, il y a laissé une jambe…

     

    10 / 10


    Ce livre est le premier tome de la saga "Stéphanie Plum", écrite par Janet Evanovich, qui compte à l'heure actuelle 13 tomes, dont seulement 9 sont traduits en français. Je l'avais acheté il y a quelques temps, lorsque le film éponyme était sorti et avec mon concours, je n'ai jamais trouvé le temps de le lire, mais c'est maintenant chose faite !

    Ce livre a été un véritable coup de coeur ! Il mélange chick-lit et roman policier ; j'avais donc peur qu'il soit un peu plan-plan, mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, j'ai adoré chaque page, chaque passage, et les lignes défilaient sous mes yeux sans que je ne vois le temps passer.

    Côté personnages, on se centre sur Stéphanie Plum, jeune femme sans attaches (hormis Rex), qui n'a plus un sous en poche, plus de travail, et qui est obligée de vendre don matériel pour s'acheter à manger. Mais, on retrouve aussi Joseph (Joe) Morelli, qui est assez présent, puisque Stéphanie le recherche pour obtenir la prime. Joe est un flic, accusé de meurtre. Il y a également les personnages secondaires importants, comme le boxeur Bénito Ramirez ou son manageur Jimmy Alpha, qui vont jouer un rôle clé dans l'histoire. J'ai également beaucoup aimé le personnage de Mamie Mazure, qui est très attachante.

    L'histoire est centrée sur l'enquête policière : Stéphanie, n'ayant plus d'argent, décide de bosser pour son cousin Vinnie (Vincent) Plum, chef d'une agence de cautionnement. Très vite, elle se retrouve aux trousses de Morelli, flic et tombeur, à qui elle ne peut pas résister et qui a déjà croisé sa route de nombreuses fois par le passé, non sans y laisser des plumes. Petit à petit, on en apprend plus sur ces deux-là ainsi que sur leur relation. Et on se rend vite compte qu'il y a quelque chose entre eux, comme une attirance, malgré toute la rancoeur qu'ils ont l'un envers l'autre. Mais ils apprennent à se supporter, car ils vont devoir coopérer ! Stéphanie n'est qu'une apprentie chasseuse de prime (heureusement qu'elle peut se faire épauler par Ranger !) alors que Morelli est un flic aguerri, qui connait donc pas mal de ficelles... sauf que si Stéphanie veut toucher sa prime, elle va devoir céder à Morelli. Cela va alors l'entraîner dans une aventure qu'elle n'aurait jamais imaginée vivre : elle se retrouve en proie à un psychopathe qui veut la tuer et doit en parallèle mener sa propre enquête pour innocenter Morelli.


    Pour conclure, je dirais que ce livre a été un véritable coup de coeur et m'a permis de commencer une nouvelle saga que j'ai vraiment envie de poursuivre. Ce livre m'a fait passer un excellent moment, j'ai hâte de lire la suite des aventures de Stéphanie, même si je reste sur ma faim quant à la relation entre Stéphanie et Morelli. J'espère que les prochans tomes apportent plus d'informations à ce sujet !

    En bref, ce livre est un roman policier différent de ce que l'on peut avoir l'habitude de trouver, car il mêle chick-lit et policier pour un cocktail détonnant !

    Lu dans le cadre du challenge - consigne de janvier


    2 commentaires
  • Bonjour à tous !
    Janvier a pointé le bout de son nez, et avec lui les challenges ont démarrés ! Et donc, le Cluedo Littéraire organisé par Iliade a été lancé. J'ai eu l'honneur, suite à un tirage au sort, de faire la première proposition ; la voici :

    Le meurtrier est Katniss Everdeen, que le crime a eu lieu dans un magasin et qu'elle l'a perpétré avec son retourneur de temps !

    Voici donc les consignes à quoi celà correspond :

    Katniss : Lire un livre d'un auteur anglais.
    Dans un magasin : Lire un livre en rapport avec une saison (dans le titre, ou dans l'intrigue).
    Avec le retourneur de temps : Lire un livre de genre : drame.

    Pour ce premier tour, nous avons 6 semaines pour la lecture, soit jusqu'au 15 février 2014 !

    Pour plus d'infos, je vous propose de vous rendre sur le sujet du forum LA.


    votre commentaire
  • Une si belle école| Christian Signol


    Edition : Livre de poche
    Parution : 29 août 2012
    Nombre de pages : 312
    Prix :
    6,90€



    Quatrième de couverture : 

    1954 : Ornella, jeune institutrice sur les hauts plateaux du Lot, doit affronter l’hostilité du maire, du curé et des habitants qui ont besoin de leurs enfants dans les fermes. C’est en prenant son second poste qu’elle rencontre Pierre, l’instituteur avec qui elle partage la classe. Entre ces deux enseignants issus de milieux différents mais qui ne vivent que pour leur métier, c’est le coup de foudre que seule assombrira la guerre d’Algérie. Au fil des ans, au gré des réformes scolaires, ils poursuivront leur carrière avec la même passion, jusqu’à ce qu’une décision ministérielle les transforme en « professeurs des écoles ». L’école d’antan, son odeur de craie et d’encre violette, ses instituteurs héritiers des hussards de la Troisième République, respectés de tous, exemplaires et dévoués, c’est ce que Christian Signol évoque avec beaucoup d’émotion et de vérité dans ce roman, témoin d’un demi-siècle d’une société française dont l’école symbolisait la réussite et l’espoir en l’avenir.

    10 / 10


    Je pense que cette lecture sera ma dernière de l'année, et c'est un coup de coeur !
    Comment résister à un titre si accrocheur, rempli de promesses, et à une magnifique couverture qui dépeint avec justesse l'école d'antan ?!


    Pour commencer cette chronique, je dirais que je crois m'être immédiatement identifiée au personnage de cette jeune institutrice, Ornella Perrugi, qui sort de l'Ecole Normale, à tout juste une vngtaine d'années. Cette jeune femme, d'origine française par sa mère et italienne par son père, nous raconte sa vie dans la maison des Grands Champs, et son parcours pour arriver là où elle en est aujourd'hui ; elle a accédé à son rêve : devenir institutrice.

    Dès la première page, nous la suivons, qui se rend à sa première nomination, dans un petit village du Ségalas, nommé Ségalières. Très vite, on se rend compte qu'Ornella n'a qu'une hâte : commencer la classe. Elle n'est pourtant pas très bien accueillie par le maire (qui ne l'attendait pas si tôt), ni par les habitants de ce village rural, qui souhaitent garder auprès d'eux leurs enfants pour le travail dans les champs, au moins jusqu'à la fin du mois d'octobre, ce qui déplaît à Ornella, qui commence alors une prospection auprès des paysans, afin de les convaincre d'amener leurs enfants à l'école. Très vite, elle fait la connaissance de sa seule alliée : Germaine, une vieille femme, qui habite le petit village depuis son mariage avec un paysan, aujourd'hui défunt.
    Petit à petit, l'engagement d'Ornella dans son métier lui vaut l'admiration des parents, mais également quelques péripéties, notamment lorsqu'elle tente de sauver le petit François des griffes d'un père veuf et violent, qui bat son fils. Elle fait également la connaissance du petit Michel, dont l'autisme va la pousser à se dépasser et à outrepasser, une nouvelle fois, son métier.
    Malheureusement pour Ornella, son premier poste ne sera pas le seul de cette première année, suite à son engagement trop prononcé au goût de certains, pour ses élèves.

    Elle va également, au cours de ses péripéties, rencontrer un Inspecteur, avec qui elle va tisser une relation particulière pour un supérieur hiérarchique. Celui-ci va, en quelque sorte, la prendre sous son aile. C'est notamment grâce à lui qu'Ornella va vivre certains des instants les plus magiques de sa vie ...

    Nous la suivons également lors de sa deuxième année, où elle est mutée dans un autre village, le troisième de sa carrière, sur un poste-double, dans une école d'une autre petit village rural. Elle y fait la connaissance de Pierre. Cette rencontre va la troubler, et il semble que ceci soit réciproque. Petit à petit, ce qui devait arriver arriva et Pierre et Ornella se marièrent.
    Les descriptions faites par l'auteur permettent au lecteur de vivre cette relation, de l'imaginer, de s'en faire l'image comme si elle était sienne. Malheureusement, l'évolution de leur couple est beaucoup trop rapide et après une description des premiers mois de leur idylle, Christian Signol a pris le parti de sauter quelques passages de leur vie. Ainsi, la deuxième année d'enseignante d'Ornella se résume presque du mois de septembre / octobre aux vacances de Noël. C'est vraiment dommage car l'auteur a un don pour la description et sait la rendre vivante, et non pas ennuyeuse !

    Vient ensuite la troisième année, marquée par deux événements dramatiques pour Ornella et Pierre : l'appel de celui-ci à aller enseigner en Algérie, puis la fausse-couche d'Ornella, qui préfère se dévouer à ses élèves plutôt que se repose, lorsqu'elle apprend que son cher et tendre est très gravement blessé.
    Les années qui suivent ne sont presque pas évoquées dans le roman, ce qui est bien dommage, car nous sautons presque onze année de leur vie d'un coup, en tournant quelques pages. Il m'a vraiment manqué quelque chose, notamment l'explication de savoir pourquoi Ornella était bloquée quand à l'idée de faire un autre enfant. L'auteur nous fait comprendre qu'elle aime son métier et s'y dévoue mais comment Ornella peut-elle se suffire d'avoir ses élèves et ne pas ressentir le besoin d'avoir un autre enfant.

    Puis, nous assistons aux différentes réformes qui sont apparues dans l'Education Nationale, ainsi que les effets que celles-ci ont pu avoir sur la vie d'Ornella et de Pierre. On apprend également ce qu'il advient ensuite de leur vie, de façon plus détaillée que cela ne l'a été pour les onze années précédentes...
    Le chapitre 18 de la troisième partie de ce livre, est également l'occasion pour Ornella de se remémorer son passé, et de le rencontrer...

    La fin du livre, quant à elle, m'a plongée dans une certaine tristesse. Cette femme que l'on suit tout au long de sa vie, de son premier poste à sa retraite, avec qui l'on vit les émotions qu'elle a ressenties. On se rend vraiment compte sur la dernière page qu'elle a vécu avant tout pour son métier, pour quelque chose qui était pour elle une passion. Les autres moments de sa vie ne paraissent qu'accessoires à côté de ces instants passés à l'école, à aider les enfants (surtout ceux en difficulté). Et, en tant que professeur des écoles, je me reconnais vraiment dans ce livre, je reconnais tous ces moments évoqués, ces instants partagés avec les enfants et les différents ressentis partagés par Ornella au cours de son récit. Voilà pourquoi ce livre m'a autant touchée, émue, et surtout pourquoi je me suis identifiée dès le début à cette narratrice...


    Je dois dire que ce livre m'a énormément plu, tant par cette enseignante à qui je me suis tout de suite identifiée, que par le style d'écriture employé par l'auteur. Celui-ci est clair, lisible, et ses descriptions sont de vrais petits bijoux : assez précises pour nous permettre d'imaginer les scènes, comme si nous étions en train de regarder un film sur grand écran, sans pour autant nous asphyxier de détails inutiles. En revanche, il est dommage que certains passages de la vie de notre héroïne ne soient pas évoqués.

    Concernant le thème du livre : l'école d'antan, je dois dire que je ne suis pas pleinement satisfaite. Je trouve que le thème n'est pas assez présent dans le roman, et se laisse dominé par la vie d'Ornella. L'école étant toutefois énormément évoquée, je crois que ce qu'il me manque ce sont des paragraphes descriptifs des anciens manuels, des encriers, une description plus poussée des différentes écoles et classes dans lesquelles est passée Ornella.


    Ainsi, pourquoi mettre la note maximale ? Tout simplement car j'ai été séduite par ce livre, du début à la fin et que j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à le lire, qu'il m'était difficile de le lâcher, et que je suis rentrée dans cette histoire dès la première page.


    Enfin, pour finir, je vous propose une citation du livre, citation que je trouve vraie pour moi-même et qui, je l'espère, vous donnera envie de vous procurer ce petit bijou, ou tout du moins de le lire :

    Voilà pourquoi ce métier est si beau, et pourquoi il peut être passionnant : éveiller des enfants au monde et au savoir, leur donner les forces nécessaires pour devenir ce qu'ils rêvent d'être. Se trouver à la source de cet éveil, les accompagner pendant quelques années en veillant fidèlement sur eux, les voir partir enfin, pour accomplir leur vie, mais plus forts, plus sûrs d'eux, plus confiants et, si possible, épanouis.

     


    2 commentaires
  • Comme vous le savez sûrement, je suis inscrite sur le forum Livraddict, un site communautaire pour les passionnés de lecture !
    Je vous avais parlé dans un précédent article du challenge 1 mois = 1 consigne (voir mon billet), auquel je m'étais inscrite, eh bien sachez qu'aujourd'hui, je me suis laissée tenter par un nouveau challenge : celui du Cluedo littéraire, organisé par Iliade.

    Le but est très simple, voici comment Iliade elle-même l'explique :

    Ce challenge est illimité, il se terminera fin 2014, vous pouvez participer comme vous en avez envie, vous n'êtes en aucun cas obligés de faire toutes les lectures proposées. Le principe est le même que dans le jeu du Cluedo, il faut trouver qui est le meurtrier, quel est le lieu du meurtre et l’arme du crime. Je tirerai au sort dans la liste un meurtrier un lieu et une arme. Les enquêteurs (qui sont également les suspects comme dans le jeu), devront tenter de résoudre le mystère, et seront confrontés à diverses consignes de lecture tout au long de l’enquête.
    Déroulement du jeu
    -Les participants jouent en équipe et sont représentés par un des personnages enquêteur.

    -Un des participants fait une proposition en donnant « un meurtrier, un lieu et une arme», par exemple «je pense que le meurtrier est Sherlock Holmes, le crime a eu lieu à Poudlard l’arme est la montre du Lapin Blanc».

    - Chaque proposition est suivie d'une lecture. Lorsqu’une proposition a été faite, je révèle les consignes qui se cachent derrière la proposition. Il y a une consigne derrière chaque personnage, lieu et arme. Donc après une proposition vous vous retrouvez face à trois consignes par exemple:?Sherlock Holmes: Lire un livre ou l’action se passe en Angleterre ? Poudlard: lire un livre de science-fiction? La montre du Lapin Blanc: lire un livre dont la couverture représente un animal

    - Vous choisissez ou non de participer à la lecture qui suit la proposition, et vous choisissez vos consignes. Vous pouvez en prendre une, en combiner deux par exemple: lire un livre de SF qui se passe en Angleterre ou un livre qui se passe en Angleterre avec un animal sur la couverture, ou alors lire un livre qui réunit les trois consignes. ?Chaque lecture rapporte 1, 2 ou 3 points à l’équipe selon le nombre de consignes choisies.

    - Lorsque tous les participants à la lecture ont fini leur livre et éventuellement publié un billet sur leur blog, je révèle quels éléments de la proposition sont justes. Par exemple seul Sherlock Holmes est correct, dans ce cas le participant ayant fait la proposition rapporte un point à son équipe.
    Une deuxième proposition est faite, en prenant compte des résultats de la proposition précédente, et un nouvelle lecture est proposée.-
    Ainsi de suite jusqu’à ce que les trois éléments corrects soit réunis.

    Pour ce challenge, vous avez la possibilité de vous inscrire soit en détective privé si votre participation au challenge sera régulière, soit en détective assistant si vos participations seront plus ponctuelles.

    Si vous souhaitez nous rejoindre et participer, rendez-vous sur ce sujet du forum.
    N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me donner votre avis...


    4 commentaires