• Mes conversations avec les tueurs | Stéphane Bourgoin

    Edition : Grasset (Grand format)
    Parution : Mai 2012
    Nombre de pages : 203
    Prix : 18€


    Quatrième de couverture : "Cela fait trente ans que j'interroge les serial killers. J'ai rencontré plus de soixante-dix de ces tueurs et tueuses multirécidivistes aux quatre coins de la planète. J'ai accumulé des ouvrages de criminologie, journaux de faits divers, archives de police, photos et vidéos de scènes de crimes, confessions, dessins et écrits.
    Dans mes livres, j'ai toujours présenté les serial killers de manière distanciée, sans porter le moindre jugement ni faire part de mon ressenti. Dans Mes conversations avec les tueurs, je désire vous faire partager l'envers du décor. Vous montrer l'épreuve physique de ces rencontres, les moments d'angoisse qui précèdent les entretiens, la peur, parfois. Vingt ans plus tard, mon corps se souvient encore de la terreur qui s'est emparée de moi lors de ma rencontre avec Gerard Schaefer, un ex-policier accusé du meurtre de 34 femmes en Floride. Dès l'instant où je me suis trouvé face à lui, j'ai eu le sentiment d'être confronté au Mal absolu.
    Je suis préparé, mentalement, à rencontrer ces "personnages" plus ou moins hors du commun. Mais à mon retour à Paris, je me demande parfois si ces voyages ont eu lieu. Oui, ils sont bien réels. Et incroyables."


    10 / 10


    Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Grasset, et spécialement Stéphane Bourgoin (l'auteur), pour cet envoi dédicacé, qui m'a touchée.

    Je dois dire, qu'à la lecture de la quatrième de couverture, mon avis était mitigé. Certes, j'adore tout ce qui est thrillers, romans policiers, ... mais là, il s'agissait plus d'un livre de témoignages, de récits de vie, une sorte de recueil biographique des plus grands tueurs.

    Et je dois dire, qu'une fois le livre entamé ... il a été réellement dur de le poser. Je l'ai lu en 3 fois. On se prend à imaginer les rencontres de Stéphane Bourgoin, avec les tueurs. Les détails sont vraiment impressionnants, et on se rend vraiment compte du travail qu'il a du fournir, pour recueillir toutes ces informations.
    De plus, je dois vraiment lui tirer mon chapeau, car, bien que passionnée par ce genre de choses, je ne m'imagine pas une seule seconde pouvoir me retrouver face à face avec un tueur en série. Mais pourtant, ces rencontres, en dépit du fait qu'elles sont terribles, sont réellement touchantes ; les tueurs se confient facilement à l'auteur.

    Concernant ma lecture, j'ai donc avancé relativement vite dans ce livre, car une fois plongée dedans, j'ai eu du mal à en sortir, tellement il est raconté de façon passionnante !
    Il est difficle de dire beaucoup de choses, contrairement aux livres classiques. Toutefois, je soulignerais le fait que j'ai vraiment pris un réel plaisir à cette lecture.
    Le seul bémol ? Je dirais que le livre est trop court. Il manque de détails concernant les entretiens. Mais ce n'est que mon avis ...


    Un livre que je recommande très fortement, si on est passionné par tout ce qui concerne les tueurs, ou bien si l'on aime les romans policiers ou thrillers.
    D'autant plus que Stéphane Bourgoin est très calé sur le domaine !
    Ce livre est une très bonne référence donc ...

    Je remercie à nouveau les éditions Grasset, ainsi que Stéphane Bourgoin, pour m'avoir fait confiance, et m'avoir ainsi permis de découvrir cet ouvrage.


    7 commentaires

  • N'ouvre pas les yeux | John Verdon

    Edition : Grasset (Grand format)
    Parution : Mai 2012
    Nombre de pages : 568
    Prix : 21,50€


    Quatrième de couverture : Une jeune femme a été retrouvée décapitée le jour même de son mariage, dans la somptueuse propriété des Ashton. Tout accuse le jardinier mexicain, un certain Hector Flores, qui demeure introuvable depuis. L'inspecteur Gurney, appelé en dernier recours par la mère de la victime pour retrouver le meurtrier, s'aperçoit bientôt que la mariée n'avait rien d'une oie blanche... et que ses rapports avec son fiancé, Scott Ashton, jeune et brillant psychiatre, fondateur d'un institut pour enfants "difficiles", sont plus complexes qu'il n'y paraît à première vue.
    Gurney ne tarde pas à se rendre compte que rien, dans cette histoire, n'est conforme aux apparences. Et quand il retrouve, déposée chez lui en son absence, une poupée décapitée, il comprend très vite aussi qu'il risque lui-même d'être la prochaine victime. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que son enquête va le mener bien au-delà du meurtre – dans la toile inextricable d'un ennemi terrifiant, tentaculaire et, surtout, très patient.


    9 / 10


    Avant toute chose, je tiens à remercier les Editions Grasset, de m'avoir envoyée, de façon surprise, ce livre. Je l'ai reçu dans ma boite aux lettres sans m'y attendre, et une fois le résumé lu je me suis dit que j'allais adorer ! J'ai donc terminé mon livre précédent et vite vite je me suis jetée sur celui-ci !

    Très vite, on se prend à l'histoire, on rentre dans le vive du sujet : le meurtre de la fille d'un très réputé neurochirurgien, qui se fait décapiter, le jour de son mariage avec le richissime Scott Ashton. Le coupable est tout trouvé : le jardinier mexicain, qui s'est enfui, dès le crime !
    Sauf que l'enquête a été un peu bâclée par Rodriguez, le chef de la police ... Mais heureusement que Hardwick est là. C'est un flic un peu vulgaire, qui ne porte pas Rodriguez dans son cœur ... et qui était chargé de l'enquête, avant qu'on la lui retire !
    Il décide donc de mettre Gurney, le flic super-héros (à la retraite !), qui résout toutes les affaires, même les plus mystérieuses ... et ça tombe bien car cette affaire paraît simple mais en réalité ne l'est absolument pas !

    Je ne veux pas rentrer dans les détails, afin de ne pas altérer le suspense du livre, puisque c'est là, tout son intérêt !
    Il nous tient en haleine comme seuls les grands romans savent le faire !
    On se prend donc au jeu des énigmes, on avance en même temps que Gurney, on vit jour après jour le déroulement de son enquête et de ses réflexions.

    Au fur et à mesure de la lecture, on a plus l'impression d'avancer dans le brouillard que de sortir du tunnel ! Et ce, car l'intrigue est vraiment bien ficelée ! Et le pire c'est que la rencontre avec le meurtirer (à la toute fin, bien évidemment) était vraiment bien pensée ... et assez innatendue ; je dois dire que j'ai été énormément surprise .... Bravo donc à John Verdon !
    Je m'arrêterais là de ma chronique ... espérant ne pas en avoir trop dévoilé ... et vous ayant donné envie de le lire ...



    Un thriller passionnant, captivant, intéressant !
    Le seul bémol pour moi, et je dirais que ça a même gêné ma lecture, ce sont les descriptions ... parfois trainantes ... longues ... longues ... Et sincèrement (enfin c'est mon avis personnel) elles ne servaient à rien du tout ! Je ne généralise pas à toutes les descriptions du livre, soyons d'accord !
    J'ai également eu du mal, par moments à me remettre dedans (non pas dans l'histoire, mais à ouvrir le livre, je me suis parfois forcée ... justement à cause de ces descriptions !)
    Mais pour conclure, je dirais que je le recommande malgré tout, car l'histoire est ficelée à merveille !
    Les fans de thrillers seront ravis !


    A nouveau, je remercie les Editions Grasset de m'avoir fait découvrir ce petit bijou, et de m'avoir fait confiance !


    votre commentaire

  • Un loup tout nu
    Textes : Thierry Robberecht
    Illustrations : Loufane


    Date de parution : 2008
    Edition : Balivernes
    Nombre de pages : 32 pages
    Prix : 14,20 €



    Quatrième de couverture : Alors qu'un loup effrayant poursuit une brebis, sa magnifique pelisse noire s'accroche à une branche. Honteux et devenu la risée de la forêt, il se cache. Il ira alors demander de l'aide à la petite poule couturière qui vit en bordure de la forêt...

    Un récit délicieusement illustré et drôlement raconté, au sujet d'un loup moins méchant qu'il n'en a l'air et d'une petite poule plus brave qu'il n'y paraît.


    10 / 10


    Avant toute chose, je tiens à remercier les Editions Balivernes, spécialisées dans la littérature jeunesse, de m'avoir fait confiance, d'avoir accepté le blog comme partenaire et de m'avoir gentiment envoyé cet ouvrage, afin que je le chronique, en tant que future enseignante en école primaire.

    Tout d'abord, en ce qui concerne la couverture, j'ai été ravie ! Il s'agit d'une couverture 21,5x25,5 cm, qui est cartonnée !  Un gros plus pour l'utilisation en classe, puisque les enfants, même s'ils le manipulent, ne risquent pas de l'abîmer !
    Les pages sont souples et même douces. Je le trouve très agréable à avoir en mains.

    L'histoire : Un loup, alors qu'il court après une proie arrache sa belle fourrure dans un buisson d'épines. Celle-ci se déchire, mais il ne s'en rend pas compte et continue de poursuivre son dîner ... puis se retrouve face à de nombreuses proies potentielles qui se moquent de lui ! Il ne comprend pas tout de suite, puis réalise enfin ce qui lui arrive. Il essaie tant bien que mal de se "rhabiller" à l'aide de feuilles, mais ça ne tient pas. Alors, un matin à l'aube, il décide de se rendre chez la poule couturière. Elle ne se moque pas et accepte de l'aider. Puis, une fois venue la remise de son nouveau costume, le loup lui demande combien il doit la payer ...
    Et là, oh surprise ... elle lui dit que pour la remercier, il lui suffit de ne manger plus que des omelettes, tous les jours, et non plus les pauvres petits animaux de la forêt.



    Un très bon livre à utiliser en maternelle (et même plus tard), que l'on veuille travailler sur le loup, ou tout simplement pour montrer aux enfants de fabuleuses illustrations, ou leur raconter une histoire drôle ...Après tout, on dit toujours que les loups font peur !
    Et bien cet album nous prouve le contraire !

    Je pense que pour une enseignante de maternelle, il peut être bien à mettre en réseau avec des livres tels que Les Trois Petits Cochons, car il nous montre différentes faces du loup !

    En bref, je trouve que cet album est aussi intéressant à être travaillé à l'école, que lu à la maison ... :)
    Une bonne acquisition en tous points, et un coup de cœur pour moi !!


    2 commentaires
  • J'ai commencé ce livre le 16 Février 2012. Je l'ai terminé le 26 Février.


    Le magicien et le golem | Philippe H. Besancenet


    Edition : Editions Artalys
    Nombre de pages : 313
    Parution : 20 Janvier 2012
    Prix : 18,50€



    Quatrième de couverture : Arha ne croit pas au Destin mais celui-ci ne veut rien entendre. Il le condamne depuis sa naissance à enchaîner coups de chance et sacrées déveines. Une situation hasardeuse à vivre au quotidien et qui se complique encore lorsque le garçon commence son apprentissage de la magie. Tandis qu’il se rend à une réunion importante de magiciens, son professeur disparaît. Et ses espoirs d’être sauvé de dangereuses créatures aussi ! Poussé par les événements, Arha doit percer le mystère qui entoure une série de vols audacieux s’il veut se dépêtrer de cette situation. Aidé par ses amis, Catie la téméraire et Bressog le gourmand, l’apprenti magicien mène l’enquête, entre metteurs en scène inspirés, créatures féroces et sortilèges ratés…

    10 / 10  COUP DE ♥

    Avant toute chose, je souhaite remercier les Editions Artalys, qui par un partenariat avec le forum Books in wonderland, m'a gentiment envoyé un exemple du livre Le magicien et le golem. Je tiens également à remercier Philippe H.Besancenet, sans qui le livre n'existerait pas et donc sans qui le partenariat n'aurait pas pu avoir lieu.

    A première vue, la couverture a quelque chose d'enfantine, et pourtant, elle m'a tout de suite attirée. Les illustrations sont simples, et elle est vraiment plaisante à regarder.

    Dès le début du livre (en fait avant même que l'on rentre dans l'histoire, l'auteur nous propose une explication du genre "Fantasy", et nous dit que celui-ci se découpe en 3 parties :
    - la féérie
    - la dark fantasy
    - l'heroic fantasy

    Pour chacun, il nous explique en quoi cela consiste, et termine en nous prévenant que le livre est un peu un mélange de ces 3 genres.

    Dès le début du livre, j'ai pu constater ce que j'ai lu sur d'autres chroniques : l'auteur parodie de grands classiques de la littérature fantasy.
    On rencontre dès le premier chapitre, Arha, un jeune garçon de 12 ans (on dirait un jeune héros de littérature, à ses débuts), qui se rend chez un magicien vieux à la longue barbe blanche (tiens, là aussi, ça vous rappelle quelqu'un, non ?). Puis, on fait peu à peu connaissance avec ces deux personnages, ainsi qu'avec le meilleur ami d'Arha. Au fur et à mesure, on se rend compte que le livre va être assez drôle ; je dois dire que dès le premier chapitre, j'ai ri (chose rare pour moi, dans le début d'un livre).
    Le début se met en place de façon assez simple. Il y a de la description, mais ça passe (pas trop rébarbative, pompeuse, étalée, ...). Et puis dès le début (chapitre 1), je dois dire que j'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur : comique. Il nous raconte par exemple une histoire, fâcheuse, je dois dire, qu'a vécu Arha, au début de sa formation avec le magicien.
    Pour moi, le seul bémol de ce début de livre (disons plutôt du premier chapitre), est le nombre "trop important" de personnages présentés ; il y en a tout de même 6 ! 

    Dès le deuxième chapitre, on commence à rentrer dans le "vive du sujet", puisque l'auteur évoque une histoire de "malédiction - bénédiction", qui concerne Arha, et qui, selon son professeur (le vieux magicien) dit que celle-ci remonterait à sa naissance (tiens donc, ça ne vous rappelle pas un sorcier avec une cicatrice en forme d'éclair sur le front ?!).
    C'est également dans ce même chapitre que l'on fait connaissance avec un nouveau personnage : Vafner, qui semble est le méchant, diabolique, de l'histoire.

    En suivant les aventures de notre apprenti magicien, on commence à comprendre petit à petit cette histoire de bénédiction-malédiction.

    Puis, arrive un grand moment dans l'apprentissage d'Arha, puisque son maître Merrelf, part une semaine ... sauf que cela dure plus longtemps que prévu, il lui envoie une lettre lui demandant de le rejoindre à une convention de magicien. Si Merrelf ne vient pas le chercher, Arha devra y aller seul ... et c'est ce qu'il s'est passé ! Heureusement, il a pu compter sur ses amis, Bressog et Catie.
    Entre-temps, nous avons appris ce qu'est un golem ... (je n'en dirais pas plus, de sorte de ne pas dévoiler trop de choses).

    Commence alors pour Arha et ses amis un long périple en direction de cette convention de magicien. Et là encore, on retrouve une allusion/caricature à un célèbre roman, alors qu'Arha, Bressog et Catie sont dans une auberge/taverne : "Dans un angle de la pièce mal éclairée, un homme encapuchonné tournait fréquemment la tête en direction de leur table".

    Le périple de nos 3 amis ne va pas être dépourvu d'action, et je dois avouer qu'à ce passage, j'ai eu énormément de mal à lâcher le livre ; c'est à peu près à ces pages que j'ai vraiment commencé à apprécier le livre à sa juste valeur, et à me mettre réellement dans l'histoire. Et je dois dire que j'ai énormément apprécié les scènes d'action, dépeintes, encore une fois, avec humour, par l'auteur.

    Une fois arrivé sur le lieu de la Convention, Arha découvre qu'il n'est pas au bout de ses surprises, et va alors, aidé de ses amis, toute mettre en œuvre (y compris ses pouvoirs) afin de retrouver Merrelf et te résoudre le mystère dont il est question.

    Pour des questions de spoilers, je vais m'arrêter ici, vous laissant sur le suspense de la quête que doit accomplir Arha.
    Je dirais simplement qu'Arha n'est pas au bout de ses aventures, et que le lecteur vit les aventures avec Arha, et ressent des émotions fortes avec lui ; eh oui, la façon dont le narrateur raconte l'histoire place le lecteur dans le livre, comme une sorte d'observateur externe à la scène, mais qui apprend à aimer les personnages, et vit l'histoire avec eux.




    En résumé, je dirais donc que ce livre se lit assez facilement, une fois que l'on s'est pris à l'histoire. J'ai beaucoup aimé la narration de l'auteur, qui mélange humeur et qui s'entremêle avec l'histoire, à certains moments de celle-ci.
    Les allusions à des oeuvres littéraires magiques sont présentes et relevées d'une touche d'humour : Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, et même Blanche-Neige (avec l'allusion de Bressog aux nains).
    D'autre part, la trame de l'histoire, et la caricature de certaines œuvres rendent celle-ci encore plus attrayante.
    Bref, un livre que je recommande vraiment et un gros coup de cœur !
    J'ai vraiment hâte de poursuivre les aventures d'Arha :) !


    Encore une fois, je tiens à remercier les Editions Artalys ainsi que Serge Papillon, pour ce partenariat ainsi que pour la confiance qu'ils m'ont accordée. Je remercie également Philippe H. Besancenet, pour ce merveilleux livre, qui m'a permis de me réconcilier avec l'univers fantasy.


    Une suite ? : L'armée du seigneur noir (Tome 2) : Le secret d'Ozgour le fou.


    1 commentaire
  • Début de ma lecture le 16 Janvier 2012, et fin le 30 Janvier 2012.


    Genesis | Karin Slaughter

    Edition : Grasset
    Nombre de pages :
    495

    Prix : 21,50€

    Quatrième de couverture : Quelqu'un l'a torturée...torturée longuement ...
    L'ancien médecin légiste de Grand County, Sara Linton, travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, et essaie de reconstruire sa vie. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.
    L'inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, dépêché sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime d'un tueur sadique, d'un esprit dérangé.
    Retirant l'affaire à la police locale, Will et sa coéquipière Faith Mitchell vont traquer le tueur. Sara, Will et Faith -- avec leurs propres blessures et leurs secrets -- sont les seuls à pouvoir analyser le cerveau d'un tel détraqué et l'empêcher de perpétrer ses abominables meurtres.

    Karin Slaughter nous offre une fois de plus une intrigue impeccablement tissée, à la fois roman à suspense, polar psychologique et social et portrait cru de la vie de flic ...


    9,5 / 10
     
    Le livre  est découpé en 5 parties et en 25 chapitres. Les parties sont les suivantes :
     - Premier jour
     - Deuxième jour
    - Troisième jour
     - Quatrième jour
    - Trois jours plus tard ...
    Cela permet de suivre un bon avancement dans l'histoire, et dans l'enquête, comme c'est le cas dans la réalité (même si je suppose que les enquêtes avancent moins vite dans notre monde ...).

    Au niveau des personnages, je trouve qu'il y en a un certain nombre.
    Enfin on s'y retrouve tout de même. Les deux personnages principaux sont Faith Mitchell & Will Trent. Ce sont les agents du GBI, chargés de l'enquête. On retrouve également Sara Linton, médecin au Grady Hospital (où est transportée la première victime).
    Les autres sont secondaires dans l'histoire, même s'ils ont leur place : Amanda & Léo.
    Puis, on trouve également d'autres personnages, tels que Charlie, chargé d'examiner les scènes de crime du GBI.

    Au point de vue du style d'écriture ... Aucune déception !
    J'ai retrouvé avec plaisir et grand bonheur, je dois l'avouer, cette façon remarquable qu'a Karin Slaughter, de décrire, aussi bien ses personnages, que les lieux, les actions, ...
    Et j'ai ri par moments ... J'ai retrouvé parfois cette atmosphère si hilarante présente dans Pas de pitié pour Martin.
    Les personnages sont vraiment dépeints avec humour, et en détails, jusque dans leur vie personnelle ; rien n'est laissé au hasard ! Les mots sont choisis de telle sorte que l'on se représente réellement les personnages du livre, comme s'ils se trouvaient en face de nous.

    Concernant l'histoire, et donc l'enquête policière menée par Faith & Will. Que peut-on en dire ?
    Et bien tout d'abord, elle n'est pas dénuée de surprises. On retrouve une relation très forte entre les 2 coéquipiers, même si parfois (souvent, d'ailleurs), Faith a tendance à exprimer très clairement ses opinions. Cela étant peut-être dû à sa situation (dont je ne parlerais pas, pour garder le mystère).
    L'enquête est vraiment passionnante, et je trouve que Sara Linton apporte beaucoup, car elle permet notamment de les aider à se relancer sur des pistes, lorsqu'ils n'ont rien.
    Un chapitre est consacré à une des femmes enlevées, et elle y raconte son état d'esprit (enfin si l'on peut dire), décrivant ce qu'elle ressent, et ce qui se passe autour d'elle. Elle qui a un passé si mystérieux ... Cela est-il en lien avec son enlèvement ?
    Puis, peu à peu, Will & Faith découvrent des liens entre les victimes ...
    L'enquête progresse, et, alors que Sara Linton se rend au chevet de la première victime, celle-ci se réveille ...
    Son réveil va-t-il aider les coéquipiers du GBI à percer ce mystère, résoudre cette enquête et ainsi sauver les femmes ?
    C'est une question à laquelle je vous propose de répondre vous-mêmes en lisant le livre ;)
    Si j'en dis plus, je dévoilerais l'histoire ... et ce serait dommage !
    A un moment, il n'y a pas d'avancée ... Et je trouve ce moment assez longuet, je dois l'avouer ... Mais ce n'est l'histoire que d'une vingtaine de pages ! Ouf !

    Et puis, la révélation ... Elle n'a lieu qu'une trentaine de pages avant la fin ... Et enfin, on sait qui est ce tueur sans pitié.
    J'avais non pas deviné qu il était, mais je 'avais pressenti ... Enfin jusqu'au dernier moment en tout cas, il y a du suspense.
    Genesis - Karin Slaughter

    Un livre que j'ai vraiment adoré !
    Une enquête policière menée avec délice par cette fine équipe, complétée à merveille par Sara Linton, le médecin de Grady Hospital.
    Bref, pour faire court, Genesis est un livre que je recommande aux amateurs de romans policiers et de thrillers, et à toutes les personnes qui n'ont pas froid aux yeux.

    J'émettrais par contre un petit bémol ... Certains passages sont incompréhensibles, dûs à une mauvaise traduction "port" au lieu de "poche". Au début du livre, également, il y a une répétition d'un mot.
    Comme s'il n'y avait pas eu de relectures. Dommage !


    Un grand merci aux Editions Grasset qui m'ont permis de recevoir gratuitement ce livre, afin de faire la promotion de Karin Slaughter !

    Karin Slaughter a créé une fondation, "Save the Libraries", qui vient en aide aux bibliothèques municipales américaines menacées de fermeture parce qu'on leur a coupé les vivres, en raison de la crise financière. En mars de l’année dernière, Karin Slaughter a fait don de 50 000 $ à la bibliothèque municipale du Comté de DeKalb en Géorgie et, depuis octobre 2011, elle organise le sauvetage d’une bibliothèque de Boston. Elle a également mobilisé dans sa croisade des auteurs tels que Lisa Gardner, Scott Turow, Harlan Coben et Dennis Lehane.

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique